Prendre rendez-vous
Par tél. : 01 43 37 68 21
Par mail : Contacter le secrétariat.
Coordonnées ICP
ICP Paris®
8, rue Lacépède - 75005 Paris

Les locaux de consultations et les blocs opératoires dépendent de la CLINIQUE GEOFFROY ST HILAIRE, 59 rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 PARIS. ICP Paris® est intégré dans le « pôle Pied » de cet établissement.

Plan de situation:

Plan de situation

Rechercher


L’arthroscopie fait partie des endoscopies qui regroupent toutes les techniques utilisant une caméra capable de rentrer à l’intérieur du corps.  Elle est donc une forme d’endoscopie destinée à la visualisation interne des articulations.
Cette technique se décline de plusieurs façons avec aussi la possibilité de voir la périphérie d’une articulation (endoscopie « extra articulaire »), ou celle des tendons (« tendinoscopie »). 

Un peu d'histoire
C’est au Japon en 1918 que l’on date la première arthroscopie réalisée, mais la version « moderne » date de 1958 par WATANABE. Le docteur DORFMANN, un rhumatologue, a introduit la technique en France à la fin des années 80. Elle s’est rapidement imposée sur le genou, puis l’épaule, et enfin beaucoup plus récemment sur la cheville, la main, le coude et à présent la hanche.


Comment se présente un arthroscope ?
L’arthroscope est un tube optique de diamètre variable de quelques millimètres qui par sa fonction de caméra permet d’explorer des cavités de l’organisme (articulations, bronches, organes creux…) ou des zones dans lesquelles le chirurgien créera un « espace de travail », une sorte de cavité pour traiter la pathologie (endoscopies extra-articulaires).
Les premiers arthroscopes s’utilisaient par vision directe, en collant son œil directement au contact du tube ; de nos jours, on utilise la fibre optique et l’image s’affiche sur un écran de télévision dans la salle d’opération.




Principe de la technique
L’opération se pratique sous anesthésie générale ou locorégionale en salle d’opération. Deux incisions au minimum sont nécessaires, l’une pour recevoir l’arthroscope et l’autre pour faire passer les mini instruments chirurgicaux. En général, les incisions sont à peine plus grandes que le diamètre de l’arthroscope. Elles sont si petites qu’elles n’ont pas forcément besoin d’être suturées et peuvent se refermer d’elles-mêmes. Selon le type d’intervention, il est aussi probable que le chirurgien intervienne sur différentes zones et soit obligé d’inciser en d’autres endroits, mais la technique reste toujours très respectueuse du corps humain. Elle permet une observation dans la cavité articulaire, et de réaliser un certain nombre de gestes techniques qui varient en fonction de la pathologie à traiter.
Aujourd’hui, un grand nombre d’opérations réalisée encore récemment par méthode traditionnelle (dite à ciel ouvert) peuvent être réalisé sous arthroscopie. Il s’agit de l’exemple par excellence d’une chirurgie mini-invasive.

Les avantages de cette technique sont nombreux par rapport aux opérations dites classiques :

- L’arthroscopie évite la  suture et le délabrement nécessaire à la chirurgie à ciel ouvert et si le chirurgien décide de réparer, très peu de points sont nécessaires. Elle permet d’atteindre directement la zone à traiter, les chairs, les veines, les os, ne sont traversés que si c’est utile. La convalescence est donc généralement plus courte.
- De fait, c’est la technique de référence à utiliser chez certains patients présentant des risques opératoires du fait de pathologies associées rendant dangeureuse une chirurgie conventionnelle, ou chez des patients dont la peau est fragile, ou présente un risque important de mauvaise cicatrisation.
- L’anesthésie est plus courte que lors d’une opération à ciel ouvert car la durée de l’opération est diminuée du fait d’un temps de suture moindre.
- Pour finir, il arrive bien souvent que pour soigner une articulation il faille atteindre une zone par deux endroits différents et opposés. Avec l’arthroscopie le chirurgien peut atteindre la plupart du temps autant de zones que nécessaire.
La plupart des praticiens de l’ICP sont rompus aux techniques arthroscopiques, reconnus comme experts dans le domaine du Pied et de la Cheville, et membres de la Société Française d’Arthroscopie.




Pour en savoir plus :

L'arthrodèse talo-crurale sous arthroscopie.
O. LAFFENETRE,  P. GIRAUD,  D. CHAUVEAUX    Film réalisé par l'université de Bordeaux II, janvier 2000.

L'arthrodèse talo-crurale sous arthroscopie.  Une revue de 10 cas à 3 ans de recul.
O. LAFFENETRE, P. BOIREAU, F. ALBISSON, M. MOINARD, D. CHAUVEAUX    Med. Chir. du Pied, 2001, 17, 1, 18-26

L'arthrodèse métatarso-phalangienne de l’hallux sous arthroscopie.
O. LAFFENETRE, P. GIRAUD,  D. CHAUVEAUX    Film réalisé par l'université de Bordeaux II, juin 2003.

Traitement arthroscopique des pathologies postérieures de la cheville
S. GUILLO, O. LAFFENETRE, S. JAMBOU, C. N VAN DJIK    Arthroscopie, SFA, 2005, 277-282, Elsevier Ed.

Arthroscopies du pied et de la cheville
O. LAFFENETRE, L. VILLET, G. SOLOFOMALALA, D. CHAUVEAUX    Encyclopédie Médico-Chirurgicale, 2007, 27-040-A-50 : 15p

Arthroscopies et endoscopies du pied et de la cheville : matériel.
B. DEMEULENAERE, O. LAFFENETRE    In Arthroscopies et endoscopies du pied et de la cheville, Grecmip, 2010, 4p, Sauramps Ed.

Arthroscopie talo-crurale : installation et voies d’abord
O. LAFFENETRE, T. BAUER    In Arthroscopies et endoscopies du pied et de la cheville, Grecmip, 2010, 4p, Sauramps Ed.

Arthroscopie talo-crurale : traitement arthroscopique des LODA
O. LAFFENETRE    In Arthroscopies et endoscopies du pied et de la cheville, Grecmip, 2010, 10p, Sauramps Ed.

Arthroscopie de l’articulation métatarso-phalangienne du 1er rayon
O. LAFFENETRE    In Arthroscopies et endoscopies du pied et de la cheville, Grecmip, 2010, 3p, Sauramps Ed.

Arthroscopic subtalar arthrodesis after a calcaneus fracture covered with a forearm flap.
F. MICHELS., F. STOCKMANS, S. GUILLO, J Van der BAUWHEDE, D.F.OOSTERLINCK        Minim Invasive Surg. 2011;2011:930902. Epub 2011 Jan 13.

The arthroscopic Lapidus procedure.
F. MICHELS., S. GUILLO,  C. de LAVIGNE, J Van der BAUWHEDE    Foot Ankle Surg. 2011 Mar;17(1):25-8. Epub 2010 Jan 6.

Arthroscopie de la cheville : technique et indications. O. LAFFENÊTRE, P. GOLANO, J. VEGA, J. VERNOIS Encyclopédie Médico- Chirurgicale, 44-906, 2015, 18p

 

Les lésions ostéochondrales du dôme du talus (LODA). O. Laffenêtre, P. Golano.  In JF Potel, C Hulet, SFA Editors, Arthroscopie, 3e ed, Paris, Elsevier 2015; (122) 1223-32

 


 

 

Hallux valgus, Chirurgie pied, Oignon du pied, Chirurgie Mini invasive du pied, Chaussage, Difficulté chaussage, Arthrose pied, Arthrose cheville, Tendon Achille, Rupture tendon Achille, Déformation orteil, Voute plantaire, Fracture de fatigue pied, Douleur doigt de pied, Plante des pieds, Clinique Geoffroy St-Hilaire, Dr DETERME Patrice, Dr VERNOIS Joël, Dr Richelme Emmanuel, Dr LAFFENETRE Olivier, Dr CERMOLACCE Christophe, Dr TOUZARD Rémi, Dr MOATI Jean-Claude, Dr DEMEULENAERE Blandine,Invitation(s),Le pied et ses pathologies,Principe du traitement,Votre intervention,Nos praticiens,Liens,Pied normal,Pathologies,La chirurgie de reprise,Le traitement non chirurgical,La chirurgie percutanée,Avant l'opération,Séjour en clinique,Post opératoire,Anesthésistes,Chirurgiens,Avant pied,Medio pied,Arrière pied,Pied diabiétique ou inflammatoire,Griffes d'orteils,Hallux rigidus,Hallux valgus,Hallux varus,Métatarsalgies,Syndrome de Morton,Quintus varus,Pied creux,Pied plat,Tarse bossu,Arthrose ch